la légende de Sapharey

Malgré nos efforts de recherche, nous ne pouvions pas répondre aux nombreuses questions sur l’origine du nom Sapharey. « Pas la moindre idée », avec les moues appropriées, ne satisfaisait personne. Aussi avons-nous créé, de toutes pièces, mais en nous reposant sur des informations historiques et vérifiables, la légende de Sapharey.

La voici :

Sarrazac, notre village, fut nommé ainsi car il était le fief des Sarrazins. Avant de monter jusqu’à Poitiers, les Sarrazins s’étaient confortablement installés en Aquitaine, que le Duc Eudes d’Aquitaine leur avait misérablement concédé en 730. Piteux, celui-ci ne put que faire appel au Roi Franc Charles Martel, qui intervint pour faire face aux Sarrazins lors de la bataille de Poitiers (25 Octobre 732). L’Aquitaine fut plus ou moins reprise, plutôt plus que moins. Mais il fallut attendre 759 pour que Pépin le Bref reprenne Narbonne, et repousse les Sarrazins définitivement hors de France. Entre deux, eh bien la situation était tendue, les Sarrazins tentant régulièrement de reprendre leur avantage.

9516_290161995456_787665456_8842033_8261748_nJumilhac, appelé Jumilhac le Grand pour impressionner, fut construit sur les gorges escarpées de l’Ile. Son château bien protégé par les remparts au-dessus des gorges, offrait une position appréciée pour se défendre contre les Sarrazins, car ceux-ci avaient très envie de rester à…Sarrazac. Pourquoi un tel attachement ? Sapharey, bien sûr. C’est là qu’intervient l’amour. Une très jolie jeune fille habitait là. Ses yeux brillaient d’un bleu Saphir. Un très beau jeune Sarrazin voyait en elle le joyau du royaume des Francs, et il entendait la protéger de toutes les querelles guerrières.

Il aimait lui rendre visite, dans sa petite masure (on n’avait pas encore inventé la Périgourdine à l’époque) lovée entre les arbres au-dessus de la vallée. Et pour être plus près d’elle, il tenait à garder Sarrazac, ce qui donna bien des soucis au Seigneur de Jumilhac. La légende dit que pour finir, elle partit avec lui pour vivre des jours heureux à Grenade. Et c’est alors que Pépin le Bref pût finir sa reconquête du Royaume, tandis que Sapharey prenait pour la postérité un nom évocateur de joyaux scintillants.

De nos jours encore, quelques traces apparaissent sporadiquement, témoignant de cette ancienne passion.

Par contre, la légende ne dit pas qu’un trésor est enfoui à Sapharey. Inutile donc de prévoir de faire des trous partout, les taupes s’en chargent bien assez !

Un internaute averti, Guillaume Raffin, nous a récemment proposé une explication qui nous a séduite par son ancrage dans la réalité historique. Nous vous la livrons ici, avec tous nos remerciements à Guillaume !